Le film “Aline”, librement inspiré de la vie de Céline Dion, vient de sortir au cinéma. Victoria Sio, qui interprète les chansons de la star, se confie à Pure Charts sur ce projet fou, la pression, comment elle s’est préparée et sa collaboration avec Valérie Lemercier. Plongée en coulisses !

Comment tu es arrivée sur le film “Aline” ?
Le hasard. Début février 2020, je suis allée à un concert où je ne devais pas forcément aller. C’était celui d’Agustin Galiana. Là où je m’assois, à ma droite, il y a Bruno Berberes, qui est le directeur de casting sur ce projet. Il me dit : “C’est fou que je te vois, est-ce que tu peux demain m’envoyer une démo sur “Pour que tu m’aimes encore” et “My Heart Will Go On” ?”.

« J’étais très touchée mais c’est beaucoup de pression »Comment tu réagis sur le coup ?
Mais Céline Dion, c’est une tessiture dans laquelle je ne vais plus ! Il m’explique vaguement le truc, il me dit que ça va être un gros truc, qu’il va y avoir un film, et il faut absolument que je chante comme Céline. Ok d’accord… Je rentre chez moi, je fais le truc, j’envoie et je n’ai plus de news. Quelques jours après, la production m’appelle et veut me faire passer d’autres essais. Je les fais, et là j’en apprends plus sur le film, qu’il s’agit d’une fiction librement inspirée de la vie de Céline Dion par et avec Valérie Lemercier. Ça commence à me botter, car je me dis que c’est un gros challenge, que ce serait cool si ça marchait. Et là, avec le confinement, je n’ai plus eu de news jusqu’à mi-mai.

Le casting a été très long je crois pour l’équipe…
En fait, le superviseur Pascal Mayer m’annonce après qu’il y a eu plusieurs essais, qu’ils ont vu une cinquantaine de filles, puis 12 puis 4. Je ne savais pas qu’il y avait eu tout ça ! Je ne savais pas si ça allait vraiment se faire. Quand on m’a dit que c’était moi, j’étais super contente. J’étais très touchée, mais c’est quand même beaucoup de pression. Céline, c’est un monument pour moi. Elle a un public très large, j’espère qu’ils vont adhérer à notre jeu à toutes les deux, Valérie et moi, et va comprendre qu’on n’essaie pas de faire du copier-coller. C’est tendre, respectueux. C’est Céline Dion ! Il faut que je ne la trahisse pas dans mes interprétations, tout comme Valérie.

« Pour s’attaquer à Céline Dion, il faut avoir confiance en soi »Et donc après, comment ça se passe pour toi ?
Là, on me dit : “On rentre en studio dans 15 jours, tu as 15 jours pour apprendre une quinzaine de chansons de Céline Dion“. Ça va parce que j’en connaissais beaucoup, comme tout le monde. Mais il y avait aussi des chansons moins connues. Il fallait que je maitrise les chansons, les intonations, l’accent américain, et même l’accent québécois car il y a une chanson où il y a un petit accent québécois. J’ai dû bosser avec une coach. Pendant 15 jours, ça a été nuit et jour, j’écoutais les chansons, je bouffais les chansons, je dormais les chansons.

Ce doit être un boulot monstre et une discipline incroyable !
La première chose que j’ai faite, c’est que je suis allée voir un phoniatre, un médecin des cordes vocales, pour savoir si ça allait être faisable, si tout allait bien aussi, car Céline Dion vocalement, c’est Céline Dion, c’est musclé, il faut tenir. C’était quand même un mois et demi de studio non stop, à refaire les chansons, les choeurs, les voix… Techniquement, Céline Dion est Soprano, j’ai eu cette tessiture-là mais c’était à l’époque du “Roi Soleil” ou “The Voice”. J’allais dans les notes hautes avant, mais ces derniers temps, je chantais différemment, j’étais plus mezzo. Il fallait que je réhabitue tout mon système ORL – gorge, larynx etc. – pour taper des notes que je n’ai jamais atteintes, et d’autres que je n’ai pas atteintes depuis très longtemps. Je lui ai demandé des combines : des tisanes au thym, ce que je devais manger, quand je devais me coucher. Je me suis auto-coachée !

Leave a Comment

    GR-THEMUSIC... ©2021 Tous Droit Réservé Sous Licence    Mention Légale      Politique de Confidentialité