Dès les premiers titres on est à nouveau conquis par cette voix à la fois puissante et fragile et surtout par les arrangements qui viennent surligner une qualité d’écriture qui ne faiblira jamais au fil des 12 titres proposés ici.
Après un démarrage qui opère comme une caresse Soul-Blues (Barely Alive) puis un second titre aux airs de single imparable sur le dancefloor (Dancing Away In Tears) que ne renierait pas Beth Ditto et ses anciens partenaires de Gossip, la chanteuse enchaine sur un gospel rhythm’n’blues, là encore totalement irrésistible avec Diamond Studded Shoes. Plus loin, sa musique prend des couleurs Country (Be My Friend), par endroit on pense à Tina Turner (Break The Bough) à Aloe Black (Starlight) et plus généralement à de grands noms de la Soul ou de la pop des années 60 comme Al Green ou Dusty Springfield (Now You’re Here, Whatever You Want).

Au final c’est un album très diversifié, entre titre déchaînés et balades downtempo, que nous propose là Yola, comme une sorte de condensé de ce qu’on pouvait trouver de mieux sur des labels mythiques tels que Stax ou Motown dans les années 60, avec une fraicheur un talent, une assurance et une énergie incroyable.
En attendant de la retrouver au cinéma dans un biopic consacré à Elvis Presley réalisé par Baz Luhrmann et dans lequel elle incarne Sister Rosetta Tharpe, la guitariste qui a joué un rôle important dans l’éclosion du King, on profitera de cet album convaincant à tout point de vue, porté par la voix puissante et souvent impressionnante de Yola, à l’image du titre final, Stand For Myself, joli bouquet final qui vient clôturer un disque qui va compter cette année.

Leave a Comment

    GR-THEMUSIC... ©2021 Tous Droit Réservé Sous Licence    Mention Légale      Politique de Confidentialité